le GREO, groupe de recherches sur l'évolution de l'orientation scolaire et professionnelle

Le Groupe de recherches sur l'évolution de l'orientation scolaire et professionnelle . GREO

ORIENTATION.GREO

Exposés du GREO

Statuts du GREO

Le site de l'INETOP

Le site de l'ACOPF

Les Revues en Y .

-------------------------------

Le 11 Janvier 2016

Assemblée Générale du GREO.

Pierre ROCHE : 20 ans de GREO, essai de bilan.

Le 23 Novembre 2015

Serge BLANCHARD : Josette ZARKA : l'Analyse de pratiques d'entretien de conseil de COP dans le cadre d'une conception systémique et paradoxale

Le 16 mars 2015

Pierre Roche : Cinq femmes centenaires et d'influence dans le mouvement d'OP : R. Benoit-Lévi, C.Chauffard, H.Gratiot-Alphandéry, D.Guyot, D. Cholot-Josslow. Salle H.Piéron/20.Voir le POWERPOINT

Le 28 mai 2014, nous avons fêté le 100ème Anniversaire de Madame Denise SIMONNET-GUYOTVoir le Powerpoint * 1ère partie

* 2ème partie

Hommage à Denise Guyot (28 mai 1914-7 février 2016)

Denise Guyot est née le 28 mai 1914 à Boulogne-sur-Seine dans un milieu familial de tradition enseignante.
Scolarisée à l’école publique, le jeudi, Denise suivait des cours de cuisine et son père lui demandait ensuite de les mettre en pratique à la maison . Une anecdote en dit plus que de longs discours sur son milieu familial. A l’école communale, ses camarades disaient que leurs parents étaient socialistes ou communistes et comme elle ne savait pas quoi leur répondre, elle avait demandé à son père ce qu’elle devait dire. Il lui avait répondu : "dis-leurs que je suis républicain".
Elle devait souvent être sujet d’examen car ces chercheurs ne disposaient pas d’enfants susceptibles de participer à leurs recherches. Elle racontait qu’elle serrait fort la main de son père lorsqu’elle devait traverser l’hôpital Sainte Anne pour passer des tests et qu’elle était confrontée aux malades. Aussi est-elle en 1927 une des premières à passer le test papier-crayon de barrage de E.Toulouse et H.Piéron..
Comme son frère et ses sœurs, elle suit des études classiques jusqu’au baccalauréat.
GuyoyDès 1933, sur l’incitation de son père, ingénieur, Gaston Guyot, elle participe aux activités des EAP ( Etablissements d’applications psychotechniques), entreprise de fabrication et de vente d’appareils psychotechniques fondée par G.Guyot en 1927-1928, ainsi qu’au laboratoire de psychologie de J.-M. Lahy à l’Hôpital Henri-Rousselle jusqu’en 1940. Ses travaux vont entre-autres porter sur l’étude de la mémoire (test ES), de l’attention concentrée (test BATP) et de l’appréciation suggestive du temps. Très liée avec le mouvement d’orientation professionnelle, elle assiste au congrès de l’AGOF en 1935 et sera présente jusqu’en 2014 à Strasbourg à 46 congrès. Elle participe aussi à l’Exposition universelle de Paris en 1937.

En 1940 elle entre dans la Résistance. En province et à Paris elle participe aux activités d’un réseau de renseignements.

Elle est chargée en 1942-1943 de conseiller l’équipe de tournage du film Le Carrefour des enfants perdus de Léo Joannon avec les acteurs Raymond Bussières, Gérard Blain, Serge Reggiani, pour une scène où un jeune passait des tests dans un centre psychotechnique. Elle a donc fait fabriquer un local avec ses appareils. S’est alors posé la question de savoir quel psychologue lui ferait passer les tests. Elle a accepté de jouer ce rôle. Avant le tournage, le réalisateur avait décidé que je jeune, durant la passation du Tourneur, aurait des gouttes de sueur lui tombant du front. Elle a énergiquement refusé cette mise en scène et a dit qu’elle refuserait de jouer son rôle dans de telles conditions. Léo Joannon a renoncé aux gouttes de sueur.
Malheureusement, à la sortie du film cette scène a été coupée et il n’en reste rien.

Recherchée en zone non-occupée, elle revient à Paris en 1942 et retrouve son poste au laboratoire H.Rousselle avec René Zazzo et s’investit entièrement aux EAP. Elle est chargée par René Zazzo des recherches sur le test des deux barrages appliqué aux malades mentaux hospitalisés.
L’année suivante, en 1943 elle suit les cours de l’INETOP et sort diplômée en 1945. Durant ses études, elle succède, dans des conditions très difficiles à son père décédé brutalement le 14 juillet 1943.

direction EapSeule, elle prend en charge les affaires en cours de l’entreprise. Elle doit alors charger sur une brouette les lords appareils psychotechniques à transporter du 27 Avenue Lazare Hoche à la gare de Chaville.

En 1945, l’entreprise passe sous la gérance et la direction de Denise Guyot et de son frère Robert. Elle va alors et durant plusieurs décennies diriger la société qui sort alors de sa phase artisanale.
Au sortir de la guerre, le personnel des EAP se compose de cinq personnes. Pour développer ses activités elle crée un bureau d’études en 1948. Un premier catalogue est édité en 1949.
Mise en place d’un département de recherches en 1950. Fournisseur des universités, ministères, services publics, sociétés de transport, mines et industries dans plus de vingt pays en 1960.
MexiqueElle anime le stand des EAP aux expositions de Moscou en 1960, Mexico en 1963, Moscou 1965, Djakarta 1977, Le Caire 1982. Durant ces années et à partir de 1949 et jusqu’en 1986, elle va participer au congrès de l’AIPA (Association internationale de psychologie appliquée).
Ses activités internationales restent très soutenues. Elle se déplace dans treize pays européens, parfois visités à plusieurs reprises (Allemagne, Belgique, Danemark, Espagne, Grèce, Italie, Pays-Bas, Portugal, Royaume-Uni, Suède, Suisse, URSS, Yougoslavie) ; deux pays africains ( Cameroun, Egypte) ; huit pays asiatiques (Cambodge, Inde, Indonésie, Israël, Japon, Liban, Syrie, Viet-Nam) ; deux pays américains (Canada, Mexique).
Elle crée des filiales en Belgique, Espagne et Portugal et désigne des agents exclusifs en Italie et en Grèce.
Elle dirigera les EAP jusqu’à sa retraite en 1973 et son mari Robert Simonnet lui succèdera.
Elle avait été faîte Chevalier dans l’Ordre national du mérite en 1980 au congrès de l’ACOF. En 1983 le personnel se compose de 29 personnes.

ordre du mériteEgypte avec Jobert

 

 

 

 

 

 

La vente des EAP aura lieu en 1995.

Pour dire qui était Denise Guyot et décrire son parcours il faut évoquer la mémoire de son père Gaston Guyot (13 octobre 1879-14 juillet 1943).

Il entre à l’Ecole Nationale des Arts et Métiers en 1896 et en sort en 1899 avec le titre d’ingénieur. Après avoir dirigé une Usine de Céramique, il entre à la Compagnie Générale des Omnibus qui deviendra successivement la S.T.C.R.P. puis la R.A.T.P. au début du vingtième siècle.
Vers 1919-1920 il s’intéresse à la psychotechnique avec J.-M. Lahy, E.Toulouse et H.Piéron.
J.-M. Lahy avait été sollicité par la S.T.C.R.P. pour créer un Centre d’examens psychotechniques pour les conducteurs et machinistes et il avait demandé que soit mis à sa disposition un Ingénieur pour la mise au point des dispositifs d’examens, la création et la fabrication des instruments et tests. La S.T.C.R.P. désigna G.Guyot. Le laboratoire sera inauguré en 1923. Quelques années plus tard, en 1927, G.Guyot et J.-M. Lahy créèrent les EAP.

Le lecteur de cette biographie trouvera des compléments et de très nombreux développements dans le livre de Denise Guyot et Robert Simonnet, Un siècle de psychométrie et de psychologie. Etablissements d’applications psychotechniques, préface de Marcel Turbiaux, Paris, L’Harmattan, 2008.

Pierre Roche
GREO

 

 

 

 

Qui? | Site | Contact| ©2003 Company Name