gille rené, bibliographie commentée

GILLE René

ORIENTATION.GREO

livreGilleRené Gille

par

Pierre Roche

GREO

1. Eléments de bibliographie
Livres
- Et col. Niveau (Le) intellectuel des enfants d’âge scolaire ; Cahier N° 13, Paris ; P.U.F. ; 1950 ; Cahier N° 23, 1954 ; 299 p.
- Le test-film ; Paris ; P.U.F.; 1959; 152p.
Articles
- L’introduction des tests dans l’examen d’entrée des Cours complémentaires industriels de la Seine ; Enfance ; 1948 ; n°5 ; p. 445.
- Essai sur l’orientation professionnelle ; Binop ; 1949 ; no 1-2 ; p. 1.
- Buts et efficacité de l’Orientation professionnelle ; Travail  Humain : ; 1951 ; n°2p. 97.
- Moyens psychologiques d’orientation professionnelle ; Ecole des Parents ; 1951-52 ; n°10 ; p. 3.
- L’activité d’un C.O.P. ; Informations Sociales ; 1955 ; n° 1 ; p. 50.
- Rapport concernant l’O.P. au Congrès Intern. de Filmologie ; Binop; 1955 ; n°3 ; p. 226.
- Problèmes d’habileté manuelle ; Binop ; 1952 ; n°1 ; p. 26.
- L’influence du milieu dans un groupe de 100.000 enfants ; Enfance ; 1948 ; n°2 ; p.184.
- Le Séminaire international d’O.P. de Montecatini ( 20-30 avril 1953) ; Binop ; 1953 ; n° 4 ; p. 152.
 
Sources :
Dimitri Voutsinas, Dix années de psychologie française, fascicules I, II, III, IV, V, VI. ( 1843- 1960). Groupe d’études de psychologie de l’université de Paris.

- L’action des centres d’O.P., Hommes et Commerce ; janvier 1958 ; n° 38 pp. 21-31.
- Utilité et utilisation du test mosaïque ; Travail Humain ; Juil. –Déc. 1956, n° 3-4 ; pp. 315-318.
Source :
F.D.I.O.P. Bibliographie.
Orientation professionnelle, Encyclopédie Médico-chirurgicale éditée sur fascicules mobiles, Paris, 1956, 16560 C 10, pp. 1-10.
Source :
Archives P. Roche
1. Textes divers se rapportant à René Gille :
« Hormis quelques hagiographies, quelques notes nécrologiques, quelques célébrations d’événements fondateurs, les données, lorsqu’elles existent, sont rares et éparses. Des épisodes fondamentaux comme la mise en œuvre d’une évaluation intellectuelle et caractérielle de près de 100 000 écoliers français par la Fondation française pour  développement des problèmes humains d’Alexis Carrel n‘ont certainement pas reçu l’attention qu’ils méritent 10.
10 On en trouvera des premiers éléments d’analyses dans Roca, Contribution à l’étude de l’éducation des enfants inadaptés 1909-1975. Thèse de doctorat d’histoire. Paris. Université de Paris VII. 1989.
 
Geneviève Paicheler, L’invention de la psychologie moderne, L’Harmattan, Paris, 1992, p. 17.
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Puis, la Fondation exécutant un projet d’étude sur les enfants déficients, conçu en 1936, Stoetzel met au point le plan de l’enquête réalisée au premier semestre 1944, portant sur 100 000 enfants, qui sera dépouillée et publiée à l’INED par la section de psychosociologie (3). Une enquête de cette ampleur n’avait pas d’équivalent dans le monde, sauf peut-être une recherche d’un type analogue menée en Ecosse. Elle offre un exemple de collaboration avec des représentants d’autres disciplines, en l’espèce des psychologues à l’Institut national d’étude du travail et d’orientation professionnelle, dirigé alors par Henri Piéron. Des écarts entre les performances intellectuelles des enfants, suivant leur lieu familial et social avaient déjà été souvent observés en France et à l’étranger depuis l’époque où Binet et Simon inventèrent la méthode des tests, et cette enquête les mit en pleine lumière, à l’échelle nationale. On peut voir en elle une source de tous les travaux, discours et polémiques subséquents, justifiés ou non, sur les inégalités scolaires, et donc une origine des efforts pour réaliser ce qu’on appela, d’une manière assez pesante, la démocratisation de l’enseignement.
Alain Girard, L’Institut National d’Etudes Démographiques. Histoire et Développement, Editions de l’INED, Paris, 1986, p. 122.
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------
1936
La Commission interministérielle de l’Enfance déficiente et en danger moral, présidée par H. Wallon :
-       rédige un projet de loi de l’enfance déficiente ;
-       décide d’entreprendre le recensement des enfants déficients dans toute la France. Elle sera réalisée en 1943 au moyen du test collectif mosaïque de Gilles.
Gérard Deville Cavelin, Psychologie de l’éducation, éducation nouvelle et domaines connexes, Psychologie Scolaire, N° 29-30, 1979, p. 34.
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Alain Drouard, Une inconnue des sciences sociales : la Fondation Alexis Carrel (1941-1945), Ined, Editions de la Maison des Sciences de l’homme, Paris, 1992,552p.
 
La Fondation française pour l’étude des problèmes humains.
Créée comme établissement public de l’État doté de la personnalité civile et de l’autonomie financière par une loi du 17 novembre 1941, la Fondation avait une double mission : la première définie par la loi du 14 janvier 1942 consistait à « étudier sous tous les aspects les mesures propres à sauvegarder, améliorer et développer la population française» et la seconde précisée dans le premier des Cahiers de la Fondation était de « synthétiser les efforts poursuivis en dehors d’elle ou dans son sein et développer la science de l’homme».
(…)
Institution officielle laissée sans directives, à l’écart de la politique active du régime.
pp. 113-114
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------
INED créé par l’ordonnance du 24 octobre 1945.
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Alain Drouard, L’eugénisme en questions. L’exemple de l’eugénisme «  français », Ellipses,  Paris, 1999.
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------
H.Piéron, Traité de psychologie appliquée( 1949-1959)
pp. 159, 160, 186, 187, 189, 411, 412, 414, 1204.
p 159, Courbe polie du développement mental établie de deux en deux mois dans l’enquête nationale avec le test de Gille
p.160 «  Chez les enfants français, la grande enquête de 1944 (portant sur près de 100.000 enfants (1) des écoles primaires publiques et privées), a permis avec le test mosaïque de Gille (test de performance) d’établir la courbe de développement de 7 à 12 ans, en fournissant, non seulement les normes pour l’âge mental moyen (d’où possibilité de déterminer des QI ), mais la répartition à chaque âge (de mois en mois) des populations d’enfants en déciles, permettant de situer ainsi le niveau réel d’un enfant parmi ceux de son âge, ce qui correspond aux modes généraux de classement.Des étalonnages suivant les milieux et en particulier suivant la profession paternelle, peuvent être utilisés en certain cas. 
p. 186 Le test mosaïque a été adopté par la mission Pales pour emploi chez les indigènes d’Afrique noire
p. 187 Le test mosaïque
p. 189 Test mosaïque «  pour permettre de préciser les proportions d’arriérés. »
Méthodologie psychotechnique.
H.Piéron, Chapitre Premier. – Méthodes expérimentales. Psychométrie.
p. 411-412, 414 «  Nous accorderons donc surtout un intérêt pratique aux recherches utilisant très tôt des critères aussi analytiques que les notes obtenues dans les différentes matières scolaires. R. Gille, dans une étude non publiée, rapporte les validités obtenues sur des groupes de 164 filles et 180 garçons, élèves de 5e dans des cours complémentaires généraux. »
L’utilisation des aptitudes. Orientation et sélection professionnelles
M.Reuchlin, Le problème pratique des pronostics.
p.1204
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Jean Zurfluh, Les tests mentaux, Jean-Pierre Delarge, Paris, 1976.
p. 199 « test mosaïque de Gille (1944), épreuve étalonnée sur un très vaste échantillon scolaire, « 
pp. 205-207 Test mosaïque de Gille
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Analyses. Le niveau intellectuel des enfants d’âge scolaire, L.Le Guillant, La Raison, N°2  deuxième trimestre, mai 1951, pp. 137-142.
«  Que  tant de travaux ayant «montré» que les enfants nègres ont un niveau mental inférieur, par exemple, à celui des jeunes Américains, les petits paysans sont les nègres des enfants d’ouvriers, qui sont eux-mêmes les nègres des enfants de commerçants et ainsi de suite ? Il n’y a dans ce cas qu’à choisir les «bons» pour les bonnes places et l’enquête aura servi à déterminer les règles «  scientifiques » de ce choix, jusqu’alors effectué d’une manière trop empirique d’après les ressources des parents (1) « 
p. 140
« Il n’est pas douteux en effet qu’aux yeux du grand public la conclusion de l’enquête – qui, encore une fois, ne nous est pas présentée d’une façon très différente - se réduira à la démonstration qu’il existe d’importantes différences entre « l’intelligence » des enfants de paysans et d’ouvriers et ceux des milieux bourgeois : Cela peut mener loin. »
(…)
p. 141
« Au fond de pareilles affirmations se trouve toujours le postulat – sans fondement scientifique tant soit peu assuré – de l’existence d’une intelligence en soi, indépendante, au moins dans une large mesure, des conditions extérieures. Pour mesure quelque chose, il faut que ce quelque chose corresponde à une qualité suffisamment précise, isolée et permanente. »
p. 142
« Le fait que l’enquête sur le niveau intellectuel des enfants d’âge scolaire en soit venue, malgré l’honnêteté et le sérieux de ses promoteurs, à des résultats aussi décevants : ils ne veulent rien dire ou ajoutent à une mystification ; que tout leur travail ait consisté à établir des corrélations sans objet entre un fait bien concret : un milieu social donné et une de ses manifestations, entre une réalité et son propre relief, n’est qu’un des aspects – à vrai dire assez éclatant – de la crise de la psychologie contemporaine. »
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Courriel de Michel Huteau du 11 janvier 2005                                                                      
Cher collègue,
Vous savez sans doute que Naville a été impliqué dans l'enquête en question. D'abord au niveau de la conception : il n'était pas partisan d'utiliser un test collectif. Ensuite au niveau des essais préliminaires et du recueil des données (dans le cadre du CIO d'Agen). Plus tard il a publié un article très critique sur l'enquête et ses résultats, dans Enfance, je crois. Je n'ai pas les références sous la main, mais j'aborde cette question dans l'article que j'ai écrit sur Naville il y a quelques années (dans l'OSP).
Je n'ai jamais bien compris quel avait été le rôle exact de l'INETOP dans la conception et la réalisation de l'enquête (à ma connaissance le service de recherches était alors limité à une seule personne : Mme Piéron, qui n'était pas du tout une spécialiste de ce genre de travail ; par contre, il y avait à l'époque une certaine osmose et beaucoup de relations entre l'INETOP, le labo de Piéron à la Sorbonne et celui de Wallon) alors que ce rôle est assez clair pour l'exploitation des résultats et leur "récupération". Tout ce que j'ai pu lire sur ce point m'a laissé sur ma faim. J'espère que vous éclairerez ma lanterne, et aussi sans doute celle de quelques autres...
Bien cordialement.
M.H.
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
«  En 1944 Naville participe à l’enquête sur le niveau intellectuel des enfants d’âge scolaire. L’idée de cette enquête avait été lancée au moment du Front populaire afin de dénombrer les déficients mentaux. Ce projet fut repris en 1942 par la Fondation française pour l’étude des problèmes humains présidée par Alexis Carrel et l’enquête fut réalisée au premier semestre 1944. Naville a été impliqué dans  enquête. Il a été amené à donner son avis sur la conception d’ensemble ( sa suggestion d’utiliser un test de performance à la place d’un test papier crayon n’a pas été retenue). Il a participé à la pré-expérimentation du test (comparaison des performances de 250 enfants de 6 à 13 ans du Lot-et-Garonne au test mosaïque de Gilles, qui sera finalement retenu, et au test américain  Dearborn). Il fut chargé de l’organisation de l’enquête pour quatre départements du sud-ouest (5 000 examens). À la publication des résultats, en 1951, Naville, dont la position vis-à-vis de la psychotechnique s’est précisée, a publié une critique sévère de l’enquête (17). Il analyse en détail une série d’imperfections techniques, relatives notamment à l’échantillonnage et à la définition du milieu social. Mais sa critique va bien au-delà  et porte sur 1a signification-même du résultat principal : la corrélation entre le milieu social et l’efficience intellectuelle. Son interprétation prend à rebours les idées alors dominantes ; . « … l’une seules conclusions valides de l’enquête, c’est l’incapacité présente de l’école rurale de préparer dans les meilleures conditions les jeunes gens à des examens qui sont aujourd’hui la voie d’accès principale aux niveaux moyen et supérieur de culture technique et générale. En somme, l’enquête élaborée pour déterminer le
 pourcentage d’enfants déficients auxquels un enseignement adapté aurait été nécessaire, n’a pu atteindre cet objectif et a conduit à faire voir que l’enseignement normal est lui-même mal adapté à une bonne partie de la jeunesse scolaire ». ( p. 384). »
Michel Huteau, Pierre Naville : le marxisme, la psychologie et l’orientation professionnelle, L’orientation scolaire et professionnelle, 1997, 26, n°2, 195-219, p. 202.
 -----------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Courriel Jean Cnudde 11 janvier 2005
 Le test mosaïque de Gille est une adaptation française du Binet-Simon-Decroly belge
Amicalement
Courriel Jean Cnudde 14 janvier 2005
Le Binet-Decroly était prévu pour des âges mentaux de 3 à 7 ans. Il a été expérimenté dans des écoles primaires publiques de Bruxelles. Je l'ai trouvé dans un livre de Decroly et Buyse préfacé par Piéron, intitulé "la pratique des tests mentaux", édité aux P.U.F.Mon édition
date de 1928,mais le test est sans-doute bien antérieur bien que les auteurs ne précisent pas la date.
Cordialement
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------
                                                                             Pierre Roche
                                                                             Janvier 2005

Ajouts et Précisions

René GILLE

- moyens psychologiques d'OP in : les conférences de l'école des parents, n° 10 , octobre 1950, pp.: 3-18

- Manuel test mosaique de Gille, Ed. du CPA

- Education et OP in revista : Homo Faber, pp.:47-48 , 1955

Contact| ©2003 Company Name